Le papier recyclé est-il écologique ?

Le papier recyclé est meilleur pour l’environnement que le papier produit à partir de zéro. Il contribue à préserver les forêts, car il réduit la demande de bois. Il préserve les ressources et génère moins de pollution lors de sa fabrication, car les fibres ont déjà été traitées. Il réduit les déchets solides, car il détourne le papier utilisable du flux de déchets. Des recherches scientifiques rigoureuses appuient les avantages du papier recyclé, et les organismes gouvernementaux, les groupes environnementaux et de nombreux autres grands acheteurs ont adopté des politiques rendant son utilisation obligatoire.

Les enjeux du papier recyclé

Le recyclage réduit le nombre total d’arbres abattus pour fabriquer du papier et peut réduire la demande globale de bois. Mais, plus important encore, le recyclage du papier permet de sauver les forêts. En remplaçant les arbres par du papier usagé, le recyclage réduit l’intensité globale de la gestion forestière nécessaire pour répondre à la demande de papier et à la pression pour convertir les forêts naturelles et les zones écologiquement sensibles comme les zones humides en plantations d’arbres. Grâce au recyclage, non seulement moins d’arbres sont abattus pour fabriquer du papier, mais les arbres peuvent être produits à l’aide de méthodes qui ont moins d’impact sur l’environnement. Ainsi, le recyclage aide à préserver toute la gamme des valeurs que les écosystèmes forestiers fournissent, y compris l’eau propre, l’habitat faunique et la biodiversité.

La production de papier recyclé consomme beaucoup moins d’énergie totale que la production de papier « de première main ». La production de papier recyclé peut utiliser plus ou moins d’énergie sous forme de combustibles fossiles et d’électricité.

Comparatif du bilan énergétique

L’analyse du cycle de vie montre que même après avoir comptabilisé l’énergie utilisée pour la collecte, le transport et le traitement du papier usagé, la filière du papier recyclé consomme beaucoup moins d’énergie que la filière du papier de première main. En effet, l’énergie nécessaire pour récupérer le papier usagé et le rapporter à l’usine est assez faible par rapport à l’énergie économisée en utilisant du papier récupéré plutôt que des arbres pour fabriquer du papier neuf. La fabrication du papier de première main nécessite également de l’énergie pour couper, ramasser et transporter les arbres jusqu’à l’usine. Cette énergie est bien sûr issue de combustibles fossiles. Et bien que les distances soient plus courtes, l’ampleur est plus grande : entre 2,2 et 4,4 tonnes de bois sont coupées et transportées pour chaque tonne de pâte de première main, comparativement à 1,4 tonne de vieux papiers pour une tonne de pâte recyclée. Outre la réduction de la consommation totale d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, l’utilisation de papier recyclé réduit les émissions d’autres polluants atmosphériques comme les oxydes d’azote (qui contribuent au fameux « smog ») et les particules (qui contribuent aux problèmes respiratoires). Le papier recyclé réduit également le volume des eaux utilisées dans les usines de papier. La production de papier de première main nécessite beaucoup plus d’eau et produit des eaux usées qui contiennent des niveaux beaucoup plus élevés de polluants.